Jayla Darden, prodige multifacette

Les cinq dernières années de musique ont été sublimées par le retour d’un genre musical sur le devant de la scène : le R&B. Chez Delamus4copolis, nous souhaitons mettre en lumière les beatmakers et producteurs de cette musique. Quoi de mieux que de peindre le portrait d’une artiste aux talents multiples, d’un prodige qui incarne à la perfection le renouveau du Rhythm & Blues. Son nom ? Jayla Darden.

La musique comme destinée

Cette native de Detroit pourrait s’écrire une bio Twitter interminable. En effet, elle est beatmakeuse, productrice, auteure-interprète et ingénieure du son… autant de cordes à son arc qui font sa singularité. Très tôt, sa vie s’agence autour de la musique. Sa famille fait le pari de déménager à Atlanta afin de maximiser ses chances de réussite. Elle a tout juste 15 ans à l’époque. ATL est une plaque tournante de l’industrie musicale moderne. C’est dans cette ville qu’elle fera ses armes et trouvera sa voix.

Do It Yourself : le mindset de Jayla Darden

À la genèse de sa construction artistique, Jayla se confronte à une difficulté qui se révèlera être un véritable tremplin par la suite. Les beats qu’elle reçoit ne sonnent pas tout à fait comme elle le voudrait. De plus, créer aux dépens des autres n’est pas une option viable à ses yeux. Des sons fusent dans son esprit : elle cherche alors le moyen de les matérialiser. Cette autodidacte du piano et de la guitare se met à explorer Garageband, puis passe rapidement sur Ableton. Elle finit par trouver sa patte et son style : des productions minimalistes, dominées par des drums et des percussions de poids, des 808s qui contrastent avec des boucles de mélodies légères et entrainantes et des harmonies de voix angéliques.

Credits : Jayla Darden (IG : @jayladarden)

Une source inépuisable d’idées

Pour Jayla, chaque production est d’abord une idée. Elle en a d’ailleurs un très large éventail. Elle choisit Soundcloud pour les partager à raison d’une fois par mois. Ces dernières ne portent pas de nom mais un numéro de série (e.g Ideas 435, car c’est le 435ème beat qu’elle se trouve à produire).



Sa fan base s’élargit et espère davantage d’elle. En 2018, elle décide alors de sortir Ideas une série d’EP en deux volumes. Chacun comporte 6 tracks.

Idea 578, extrait de Ideas Vol.1 un EP de Jayla Darden
Idea 717, extrait de Ideas Vol.2 un EP de Jayla Darden

Développement artistique et signature en label

Credits : Primarycolorss (IG: primarycolorss)

Sa musique capte l’attention d’un A&R et producteur très respecté dans le milieu : Sickamore. Il a significativement contribué à la direction artistique des deux premiers albums de YG (My Krazy Life, Still Brazy) et des trois LP de Travis Scott (Rodeo, Birds in the Trap Sing McKnight, Astroworld).
Nous sommes en 2018 et Sickamore chasse des artistes : il vient de lancer son label, Sick Projects, une empreinte d’Interscope. Jayla Darden sera le tout premier talent signé sur cette nouvelle structure. C’est via celle-ci que fin 2019, elle sort son dernier EP en date : Onto Something.

Ce 7 titres très réussi contribue à confirmer la place de l’artiste sur l’échiquier de la nouvelle scène R&B. Les productions très bouncy s’allient parfaitement à sa voix de tête, qui rappelle sans aucun doute Aaliyah, une de ses inspirations majeures.
L’EP est notamment porté par un single éponyme, un slow jam aux vibes 90´s:

Onto Something est un bijou sonore léché, qui s’écoute d’une traite.

« Future Beats, Eclectic Soul…« 

En décembre 2019, son promo tour pour la sortie d’Onto Something mène Jayla Darden chez Beats 1 d’Apple Music. Elle est reçu en guest de SOULECTION Radio, une émission animée par Joe Kay. Elle y raconte son parcours, son process de création, la relation qu’elle entretient avec sa manager qui n’est autre que sa mère… (l’échange démarre à 1:40:15).

Jayla Darden, une chef d’orchestre en devenir

Jayla Darden a déjà produit pour ses pairs. Jusqu’ici, c’est une information qu’elle ne met pas véritablement en avant. Cela dit, elle n’en est qu’aux prémices de sa carrière.

Elle a par exemple crée toutes l’ensemble des beats de This is Me (2018) un EP de 4 morceaux, signé par une chanteuse d’Atlanta prénommée Marissa. Cette dernière est très attachée à cet opus : c’est le premier projet qu’elle sort suite à d’une douloureuse rupture avec Columbia Records. Pour se jeter dans les eaux de l’indépendance, quoi de mieux que d’être accompagnée par Jayla Darden, l’adepte ultime du DIY ! Le résultat est très appréciable.

Un avenir radieux

Credits : The Topshelf Company (IG : @topshelfjunior)

Quelle est la suite pour Jayla Darden ? On ne peut qu’ imaginer le meilleur ! Un autre EP ? Peut-être, certainement… à suivre ! Jayla se fait discrète sur son actualité. Toutefois, une chose est sûre : elle crée en permanence.

Fin mai 2020, l’artiste est confinée dans son home studio quand elle participe à #GirlsWithGuitars : une capsule de live music 100% dédiée aux musiciennes (via IG Live), crée par Queen H.E.R. Elle y interprète une de ses chansons et réalise une cover du classique I Don’t Wanna d’Aaliyah.


En juin 2020, Jayla Darden diffuse un nouveau single : Demonstration. La production témoigne de son amour du travail de Timbaland, une de ses plus importantes références et influences musicales.

Si vous êtes amoureux-se du R&B, gardez son nom en mémoire. Jayla Darden est sans aucun doute sur la piste du succès… she is onto something!

DLM4 dispo sur Instagram et Twitter

P.S : « Jayla Darden ? Tu as 5 morceaux pour me la faire découvrir ? » –> voici la playlist que tu peux partager à ton ami(e) qui te poserait cette question. Si tu en as apprécié la lecture, share aussi l’article 🙂

Flwr Chyld, la touche neo-soul d’Atlanta

Dans le même Etat que les Young Thug, Future, Zaytoven, les Migos ou encore 6LACK à Atlanta, en Géorgie vit Flwr Chyld, un autre ATLien issu de la scène néo-soul à la fois beatmaker et écrivain. C’est le moment où je suis censé dire que je suis parti à sa rencontre. C’est le cas, à travers la découverte de sa musique sur ce nouveau portait.

Flwr Chyld est un artiste ayant des influences multiples : Erykah Badu, Dwele, Marvin Gaye, Hiatus Kaiyote et plus récemment la trap.

Sa première apparition sur les plateformes est sa participation à la composition du morceau d’une artiste locale qu’est Yung Baby Tate en 2016.

Deux ans plus tard, on le retrouvera sur les plateformes avec sa production du morceau Succulent de James Bambu. Les voix par dessus la prod de ce morceau sont incroyables.

Parallèlement à son activité de beatmaker, il faut savoir qu’il réalise de nombreux edits, flips ou remix qu’on peut retrouver sur son compte SoundCloud à l’instar de ces versions d’American Boy d’Estelle, Sicko Mode de Travis Scott ou encore Andersoon .Paak.

Deux ans plus tard, il produit de nouveau un morceau pour James Bambu, River of Love et sortira aussi une chanson qui figurera dans son futur EP Iridescent Luv, avec la chanteuse new-yorkaise Nai Rr.XX.

Sa manière d’utiliser les instruments et les choix de collaborations avec les artistes et son énergie de manière globale me font souvent penser au groupe The Internet d’Odd Future.

En 2019 il sortira également le single Luv 2 U qu’on retrouvera sur son EP dispo sur les plateformes depuis le 7 juin 2019. Un premier EP d’une quinzaine de minutes et 7 titres (le fameux format idéal dont parlait KanYe West) dans lequel on ressent bien sa patte de beatmaker, surtout sur l’enchaînement de Mellow Drama, l’interlude Bamboo Garden puis Luv 2 U. Les trois s’enchaînent parfaitement et les artistes présents sur le projet se mêlent bien à l’univers de l’EP.

Le premier morceau de cette année est sorti il y a quelques semaines. AuraBlu dans lequel on retrouve encore MIA GLADSTONE avec qui l’alchimie a l’air de bien fonctionner.

Plus d’actu beatmakers/DJ de DLM4 sur Instagram, Twitter et SoundCloud