Muddy Monk, voyage spatio-temporel

Découvert avec à Set&Match, sur Le Code ou sur Si l’on Ride, Muddy Monk a cette faculté de nous faire voyager avec sa voix ou une ambiance dans laquelle il nous plonge sur tous ses morceaux. A l’occasion de la sortie de son EP Ultratape ce vendredi, on retrace le parcours de ce beatmaker/artiste sur cet article !

La musique dans le sang

Muddy Monk est un artiste originaire de Friboug en Suisse. Ses parents, qui étaient musiciens, l’ont initié à la musique par le biais d’une chorale de la ville. Des cours qui vont avoir un impact majeur sur la manière avec laquelle il chante jusqu’à aujourd’hui. Parmi ses inspirations on peut compter Tame Impala, Mickey Baker, Céline Dion ou encore Solange.

Parallèlement à cette apprentissage dans la chorale, il apprendra à jouer différents instruments et c’est cette curiosité ce qui va le pousser à composer ses propres morceaux.

A la prod d’un morceau de Set&Match (2012)

C’est justement à travers une de ses prods qu’on va découvrir le beatmaker avec sa composition du morceau Sunset du groupe de Montpellier Set&Match. Un morceau et un clip vidéo sorti depuis huit ans et qui n’a pris aucune ride. Il pue la plage, le calme, la quiétude bref, l’envie d’être totalement relax.

On peut d’ailleurs toujours retrouver une version instrumentale de ce morceau sur son compte SoundCloud :

Lors de cette même année il sortira son premier EP intitulé Flying Promises mais celui-ci est aujourd’hui introuvable sur la toile.

Dans Le Monde d’Ipanema (2014)

Deux ans plus tard, il dévoilera son deuxième EP intitulé Ipanema. Un titre qui fait référence à une de ses autres inspirations qui provient du Brésil et le genre musical qu’est la bossa nova, notamment les deux morceaux Garota De Ipanema.

Tout comme Flying Promises, c’est un projet qu’on ne retrouve plus sur les plateformes mais des versions CD et vinyles semblaient avoir été vendu et la possibilité de découvrir le projet est toujours possible sur YouTube (grand merci à Grégoire 00). Il s’agit d’un projet qui permet de découvrir les multiples influences de Muddy Monk tout en y apportant sa touche personnelle avec les instruments qu’il maîtrise, notamment son utilisation du synthé. Ce projet marque également la rencontre entre l’artiste suisse et toute la clique du groupe Bon Gamin constituée de Loveni, Ichon et Myth Syzer.

Gros coup de coeur sur la transition Equilibrium

Tracklist complète :

  1. Les filles d’Ipanema
  2. Ruines (feat. Noémie Schmidt)
  3. Sur les plages de Lagoa (feat. Noémie Schmidt)
  4. Balade (avec Ichon)
  5. Club 27 (feat. L.ego)
  6. Equilibrium 
  7. Avenue Montaigne (avec Ichon)
  8. Autour (feat. Willow John)
  9. Ruines (feat. Ichon)
  10. Lisa & Léa 

Une grande partie des morceaux de Muddy Monk aborde les thèmes du rêve, de l’amour et d’une quête du bien-être, du bohneur qu’on peut même mettre en parallèle avec la recherche du Blue dont parle souvent Ichon :

Une longue route

Deux ans après Ipanema, il sortira Première Ride en 2016 qui sont les prémices d’un projet dans lequel on retrouve la totalité des morceaux déjà présents avec d’autres morceaux Longue Ride quelques années plus tard. Un EP qui traître de l’amour sous plusieurs angles avec des instrus qui font penser à des morceaux des années 90 tout en ayant une fraîcheur qui matche très bien avec notre époque. Il pousse d’ailleurs l’idée à fond autour de ce voyage puisque toute la direction artistique autour de Longue Ride a ce décor autour de la conduite.

Un EP porté par les morceaux Boy, Si l’on Ride ou encore Baby :

Colors (2019)

Allô mon amour… (2016)

On ne peut bien évidemment pas occulter sa participation à l’un des meilleurs singles de l’année 2016, Le Code sur Bisous de Myth Syzer avec une line aussi passionnante que cinglante : « Laisse-moi rêver que tu meures, afin que personne d’autre ne tombe sous tes charmes ».

ULTRATAPE (2020)

Muddy Monk est revenu en avril 2020 avec le premier extrait de son nouvel EP. Un cinq titres à découvrir ce vendredi où l’on retrouve de nouveau sa patte mais qui laisse entrevoir un nouvel univers, différent de celui de Longue Ride et dont les réactions ont été quasi unanimes concernant le fait que ce morceau nous a tous fait penser de près ou de loin à Mylène Farmer. On a hâte de l’écouter !

Comme pour chaque focus sur un artiste, voici une playlist de cinq titres qui permet de découvrir son univers !

Crédit photo : Nina Richard – Instagram : ninarichard1

Source : Colors, Wikipedia, Instagram, Konbini

DLM4 dispo sur Instagram et Twitter

Flwr Chyld, la touche neo-soul d’Atlanta

Dans le même Etat que les Young Thug, Future, Zaytoven, les Migos ou encore 6LACK à Atlanta, en Géorgie vit Flwr Chyld, un autre ATLien issu de la scène néo-soul à la fois beatmaker et écrivain. C’est le moment où je suis censé dire que je suis parti à sa rencontre. C’est le cas, à travers la découverte de sa musique sur ce nouveau portait.

Flwr Chyld est un artiste ayant des influences multiples : Erykah Badu, Dwele, Marvin Gaye, Hiatus Kaiyote et plus récemment la trap.

Sa première apparition sur les plateformes est sa participation à la composition du morceau d’une artiste locale qu’est Yung Baby Tate en 2016.

Deux ans plus tard, on le retrouvera sur les plateformes avec sa production du morceau Succulent de James Bambu. Les voix par dessus la prod de ce morceau sont incroyables.

Parallèlement à son activité de beatmaker, il faut savoir qu’il réalise de nombreux edits, flips ou remix qu’on peut retrouver sur son compte SoundCloud à l’instar de ces versions d’American Boy d’Estelle, Sicko Mode de Travis Scott ou encore Andersoon .Paak.

Deux ans plus tard, il produit de nouveau un morceau pour James Bambu, River of Love et sortira aussi une chanson qui figurera dans son futur EP Iridescent Luv, avec la chanteuse new-yorkaise Nai Rr.XX.

Sa manière d’utiliser les instruments et les choix de collaborations avec les artistes et son énergie de manière globale me font souvent penser au groupe The Internet d’Odd Future.

En 2019 il sortira également le single Luv 2 U qu’on retrouvera sur son EP dispo sur les plateformes depuis le 7 juin 2019. Un premier EP d’une quinzaine de minutes et 7 titres (le fameux format idéal dont parlait KanYe West) dans lequel on ressent bien sa patte de beatmaker, surtout sur l’enchaînement de Mellow Drama, l’interlude Bamboo Garden puis Luv 2 U. Les trois s’enchaînent parfaitement et les artistes présents sur le projet se mêlent bien à l’univers de l’EP.

Le premier morceau de cette année est sorti il y a quelques semaines. AuraBlu dans lequel on retrouve encore MIA GLADSTONE avec qui l’alchimie a l’air de bien fonctionner.

Plus d’actu beatmakers/DJ de DLM4 sur Instagram, Twitter et SoundCloud