PH Trigano, la solution viable

Longtemps affilié au collectif Bon Gamin de Loveni, Ichon et Myth Syzer, on l’a récemment vu à la prod du dernier single de Slimka, le premier EP de Primero du groupe L’Or du Commun ou encore le dernier Lala &Ce chez Colors. Retour sur le parcours de PH Trigano, un homme à tout faire, ancien membre de groupe et qui jongle désormais entre son parcours d’artiste solo et celui de beatmaker. Un parcours aussi mordant que passionnant.

PH Trigano, Pierre-Hadrien Trigano de son vrai nom est loin d’être néophyte dans la musique. Claviériste et à l’écriture, il faisait partie du groupe Natas Loves You, un groupe alternatif dont les influences étaient multiples, du rock ancien au hip-hop en passant par l’afrobeat comme lui-même l’expliquait en interview il y a cinq ans (cf 3:20).

On vous invite à checker l’interview de Folkr pour en savoir davantage sur cette partie de son parcours en groupe !

La deuxième partie de sa carrière musicale va voir le jour avec Ichon, un rappeur qui ne se considère pas trop comme tel depuis ces débuts et le projet PUR et désire des sonorités qui ne soient pas forcément les plus tendances du paysage français, qui se cherche donc et un PH Trigano qui sort d’une expérience de groupe et trouve chez Ichon, un artiste prêt à faire de la musique, sans trop réfléchir à ce dans quoi ils allaient être catalogué.

C’est la collaboration entre Muddy Monk sur le morceau Si l’on Ride (cf notre portrait sur Muddy Monk) et Ichon va l’interpeller.

La première réelle collaboration entre les deux se fera sur le morceau 2018 (Club des 27). Une prod en deux parties sur laquelle Ichon pose avec brio.

Traîner avec Ichon c’est traîner avec les Bon Gamin. Courant 2019, on va retrouver le PH Trigano derrière les beats de plusieurs morceaux issues de l’EP de Loveni, Une Nuit Avec un Bon Gamin, dont Vers La Gnole en co-prod avec Myth Syzer.

L’une des forces de PH Trigano et ses prods, c’est le fait qu’il puisse aussi bien nous faire sauter comme si nous étions dans un pogo, danser sans forcer ou bien profiter d’un morceau qui nous renvoie tout simplement une bonne énergie. C’est ce qui se traduit de ses premières prods.

Durant cette même année, on le verra bosser avec un autre collectif francophone, suisse cette fois-ci avec les Xtrm Boyz. En 2010, il produira pour Di-meh et son projet Fake Love avec le morceau Map monde. Plus récemment, Slimka a posé sur une de ses productions qu’il a intitulé Slide. Un titre qui correspond parfaitement à l’énergie renvoyée par le morceau.

En début d’été, on a pu profiter de Noir ou Blanc, extrait du deuxième album d’Ichon qui a également été une de ses productions, après avoir aussi produit Passe le message. Ce dernier a d’ailleurs pu parler de sa connexion avec PH Trigano son apport sur l’album lors du Code de Mehdi Maizi sur Apple Beats 1 (album qui sortira le 11 septembre prochain).

Comme s’il ne pouvait se détacher de cette émulation qu’il y avait lorsqu’il était en groupe, en 2020 il a produit pour deux membres du groupe L’Or du Commun. Tout d’abord en février, à la prod d’Indélébile et Brousse de Swing. Ensuite, en août, on a pu voir qu’il avait également participé à l’EP de Primero, Serein où il a produit pour les morceaux Longues heures et Promenades.

Enfin, sur l’avant-dernier Colors, on le retrouve une fois de plus à la prod d’une artiste qui faisait aussi partie d’un groupe en la personne de Lala &ce et le 667.

Le chanteur

PH Trigano écrivait déjà dans son groupe, il était donc peu probable de le voir totalement se dédier à produire des morceaux pour les artistes. Au cours des dernières années il a sorti quelques morceaux qui ont fini par formé un 6 titres, sorti l’an dernier. Un projet porté par le morceau « Belle ».

A l’avenir, notre seul souhait est de voir d’autres artistes faire le pari, peu risqué de collaborer avec lui pour voir naître des morceaux d’un autre genre.

Bonus : Nous n’oublions évidemment pas une des co-prods qu’il a pu faire avant de bosser avec des rappeurs, qui n’est autre que Shut Me Down pour le duo Haute (encore un groupe. Décidément…).

Pour découvrir d’autres œuvres de PH Trigano, DLM4 vous a concocté une playlist de quelques tracks disponibles sur Spotify et Apple Music.

Source : Folkr, Le Code Radio Apple Beats 1

DLM4 sur Instagram et Twitter

Les 12 meilleurs albums produits par des beatmakers/artistes en 2019

En voulant rédiger cet article, je ne pensais pas pouvoir rassembler 10 projets produits à 100% par un seul et même beatmaker. Au final, j’en ai recensé 23 ! Il fallait faire des choix alors plutôt que 10, j’en ai sélectionné 12, puisqu’on c’est le nombre de mois dans l’année, avec comme seul mot d’ordre la chronologie plutôt qu’un classement, pour (re)découvrir les projets qu’ils nous ont livré de janvier à décembre ! N’hésitez pas à commenter ou partager les vôtres en commentaires !

Toro Y Moi, Outer Peace – Vendredi 18 Janvier

2019 a démarré sur les ondes positives de Toro Y Moi, Chaz Bundick de son vrai nom et ses ambiances chillwave. L’artiste/graphiste a livré un excellent projet en début d’année, porté par le single Ordinary Pleasure ou encore les morceaux Freelance et Who I Am. Un projet dans lequel on retrouve sa maîtrise parfaite du synthé. Un mélange parfait entre de la pop et de l’électro.

J’ai trouvé ce tweet en écrivant l’article… 2013 !

Tyler The Creator, IGOR – Vendredi 17 mai

Quelques mois plus tard, c’est Tyler The Creator (qui mentionne régulièrement Toro Y Moi parmi ses influences) qui a sorti son nouvel album, IGOR.

Inspiré de la scène britannique des années 70-80, c’est sûrement le projet le plus abouti de l’artiste. Tout d’abord, comme indiqué sur la cover, le projet est entièrement « écrit, produit et arrangé » par Tyler himself. Ensuite, ce qui est marquant sur cet album ce sont à la fois les transitions qui sont millimétrées, on peut lancer IGOR’S THEME et se retrouver à ARE WE STILL FRIENDS sans savoir qu’on est passé d’un morceau à un autre.

Enfin, pour tous les détracteurs de l’artiste, même s’il ne peut se détacher de sa plus grande influence qui est Pharrell, c’est son projet dans lequel on retrouve le plus sa patte, à la fois des morceaux de la racine ODD FUTURE, de l’album Wolf jusqu’à Flower Boy.

Flying Lotus, Flamagra – Vendredi 24 mai

Une semaine plus tard c’est Flying Lotus qui était de retour quatre ans après son dernier projet !

FLAMAGRA, c’est tout simplement un film audio. En écoutant ce projet on a l’impression de voyager dans un film d’aventure dans lequel il y a de nombreuses péripéties, à l’image de cet cover d’album qui est sublime.

Ce qui est drôle, c’est qu’on peut justement retrouver un morceau en feat. avec entre autre, le réalisateur américain David Lynch, Toro Y Moi, ou Solange qui sont connus pour leur vision pointue mais aussi Denzel Curry, Anderson. Paak ou encore Thundercat.

Un projet sur lequel il n’y a également pas grand chose à redire sur les transitions !

Dabeull, Intimate Fonk – Vendredi 16 juin

Une semaine avant le début de la période estivale, le label Roche Musique nous a offert ce ce nouvel EP de Dabeull qui annonçait bel et bien le début des chemises à fleurs, robes et chapeaux de paille.

5 morceaux de funk, solides et un projet court mais très efficace.

(Un projet à faire écouter à tous les lyonnais !)

Makala & Varnish La Piscine, Radio Suicide – Vendredi 21 juin

L’été a ensuite débuté par le premier album de l’artiste suisse Makala, totalement produit par son compère de toujours, Varnish La Piscine (qui a également sorti son projet le 18 janvier 2019).

Le titre de cet album vient semblablement du fait que les instrumentales choisies ne correspondent pas du tout au « mainstream » du moment, cependant le projet est excellent. Les prods choisies par Varnish La Piscine sont recherchées et le fait de ne pas pouvoir réellement être comparable à ce qui se fait actuellement rend le projet d’autant plus intéressant, sans qu’il n’y ait eu une réelle volonté d’être à contre-courant mais plutôt de faire de la musique tout simplement.

Quant à Makala, on ressent l’alchimie qu’il y a eu à la réalisation du projet entre les deux et on retrouve aussi bien de l’egotrip que des thèmes de tous les jours comme l’amour, la famille, la liberté, l’argent, l’école…

Freddie Gibbs & Madlib, Bandana – Vendredi 28 juin

S’en est suivi du nouveau Freddie Gibbs & Madlib. Le rappeur originaire de l’Indiana et le beatmaker avaient déjà collaboré il y a 5 ans sur le projet Piñata, porté par le tube Shame.

Cinq ans plus tard, l’alchimie entre la manière de poser si singulière de Freddie Gibbs et les instru très soul/jazz de Madlib fonctionne toujours aussi bien.

Un projet sur lequel on a la chance de pouvoir entendre de nouveau Yasiin Bey (ex-Mos Def) !

DJ Snake – Carte Blanche, Vendredi 25 juillet

Juillet, solein plein, 35° degrés, canicule, DJ Snake nous livre Carte Blanche qui est la suite d’Encore, sorti 3 ans auparavant.

A ce stade de l’année, avec Tyler The Creator, ce sont les deux projets sur lesquels les transitions sont vraiment impeccables. La performance est d’autant plus forte pour Snake lorsqu’on sait que l’artiste ne se fixe aucune limite concernant ses goûts musicaux.

On retrouve tout ce qu’il sait faire, des morceaux dansants comme Loco Contigo qui sont des prolongements des sons comme Taki Taki, d’autres morceaux plus fous comme Made In France mais également ceux qui ont fait sont succès comme Enzo qui suivait la vague Turn Down For What mais où il a préféré laisser une touche 100 % rap et enfin des petits plaisirs R&B à l’instar d’un Smile avec Bryson Tiller.

3010, Phoenix – Vendredi 13 septembre (jusqu’au Vendredi 1er novembre)

La rentrée scolaire/reprise a été marqué par le retour de 3010.

Quatre ans après avoir sorti NEMO, il est revenu avec PHOENIX, un vendredi 13 (également jour de son anniversaire).

La particularité de l’artiste provient du fait que celui-ci a sorti 8 projets 8 semaines d’affilée et ce du vendredi 13 septembre jusuq’au 1er novembre.

Autant de projets pour autant de prods, majoritairement réalisés par lui-même à l’exception des quelques morceaux produits par Double Jay, Mister Beats alais Skreally Boy ou encore Shabz Beatz.

Plusieurs projets où l’on retrouve des prods très raps, très planantes qu’on qualifierait aujourd’hui de future beat dont lui seul a le secret, avec de l’egotrip, des thèmes autour de la société, la famille ou des sujets plus personnels.

Sous le projet Phoenix, une playlist rassemblant une sélection des meilleurs morceaux de ses différents projets

Ikaz Boi, BRUTAL 2 – Vendredi 27 septembre

La reprise, c’était aussi la sortie du nouveau Ikaz Boi.

Brutal vol. 2, suite de Brutal vol.1 évidemment, est un nouvelle immersion dans l’univers du beatmaker originaire de La Roche-Sur-Yon.

Du premier au dernier morceau, tout est bien orchestré avec des instrus très sombres, d’autres plus léchées et tout cela avec un gros casting (13 Block, Cheu-B, Leto, Hamza, Damso…) qui a totalement saisi l’univers du beatmaker.

Summer Walker & LondonOnDaTrack, Over It – Vendredi 4 octobre 2019

LondonOnDaTrack avait déjà réalisé une très bonne année niveau beatmaking mais la sortie cette album a totalement confirmé son excellente année.

A la production de la totalité du premier album de Summer Walker, on a le plaisir d’écouter un album de R&B comme nous n’en faisons plus.

A travers ce projet sur lequel Summer Walker livre ses problématiques en tant que femme, sa rupture avec son ex, on retrouve des instrus quasi similaires au début des années 2000 mais qui matchent parfaitement avec notre période comme le démontre Come Thru, sample du morceau You Make Me Wanna… d’Usher.

Un projet qui rassemble un casting d’Avengers du R&B avec Bryson Tiller, Usher, 6LACK, PartyNextDoor, Jhené Aiko…).

Brodinski, Evil World – Vendredi 24 octobre

Une semaine avant Halloween, le ton était déjà donné avec le nouveau projet de Brodinski. Evil World survient quatre ans après Brava et le super clip Can’t Help Myself.

Un album dans lequel le producteur est parti puisé son inspiration dans la ville d’Atlanta et cela se ressent immédiatement à l’écoute, à l’exception de Pissed Off et Fast qui font fortement penser aux premiers morceaux que diffusaient XXXTentactión et Ski Mask sur SoundCloud avec des instrus très saccadées.

Les fans de la scène d’Atlanta seront ravis en écoutant ce projet !

KAYTRANADA, Bubba – Vendredi 13 décembre

Enfin, 2019 s’achève avec le retour de Kaytranada, 3 ans après son premier album 99,9%. Avec Tyler The Creator et DJ Snake, c’est le troisième de projet de l’année sur lequel on aurait pu transformer l’album en un seul et même mix et le rendu aurait été pareil tant les transitions sont maîtrisées.

En écoutant cet album on reconnait directement sa patte, les différents morceaux qu’il a pu produire sur ces trois ans, que ce soit pour GoldLink, The Internet ou encore VanJess avec un casting costaud et des artistes qu’on retrouve sur des registres inédits à l’instar de SiR et qui fonctionne à la perfection.

2019 c’est aussi…

  • Binks Beatz, Drip Music – 15 mars 2019
  • Pi’erre Bourne, The Life Of Pi’erre 4 – 21 juin 2019
  • Blood Orange, Angel’s Pulse – 12 juillet 2019
  • Burna Boy – African Giant (prod. by Kel P Vibes) – 25 juillet 2019
  • WondaGurl, Red Bull Music Paris x Toronto – 18 septembre 2019
  • Jayla Darden, Onto Something – 5 novembre 2019
  • 03 Greedo & Kenny Beats, Netflix & Deal – 12 novembre 2019
  • FKJ, Ylang Ylang – 12 novembre 2019
  • TNGHT, II – 12 novembre 2019
  • Gracy Hopkins, TIME – 29 novembre 2019
  • Le Mav, Tay Iwar, GOLD – 13 décembre 2019

Pour 2020, les projets des beatmakers qui devraient voir le jour sont ceux de Kore qu’on ne présente plus, Dioscures qui produit en grande partie pour Laylow, le duo Twinsmatic mais également le beatmaker canadien Freakey.

DLM4 sur Instagram et Twitter

Soulection #423 : Joe Kay x Cay Caleb & K, Le Maestro

Joe Kay poursuit sa série d’épisodes Soulection avec les rencontres effectuées lors du séjour de l’équipe à Londres.

Pour l’épisode de cette semaine Joe Kay reçoit non pas un mais deux invités avec deux producteurs et DJs de Londres avec Cay Caleb et K Le Maestro, qu’il estime être l’avenir.

Les deux heures de cet épisode #423 sont partagées en une heure de mix pour chacun des deux invités.

Durant le mix de Cay Caleb on retrouve des edits de Zikomo, le dernier Freddie Gibbs et Madlib, du Kanye West, Burna Boy, SZA ou encore du Mary J Blige.

Pour ce qui est du mix de K Le Maestro, d’originaire congolaise, dont les influences proviennent de ses parents, de la France ainsi que d’Angleterre, on retrouve du T-Pain, Makala, Damso ainsi qu’une exclue, un morceau qu’il a produit pour le chanteur soul Aloe Blacc.

Enjoy !

C’EST QUOI SOULECTION ?