PH Trigano, la solution viable

Longtemps affilié au collectif Bon Gamin de Loveni, Ichon et Myth Syzer, on l’a récemment vu à la prod du dernier single de Slimka, le premier EP de Primero du groupe L’Or du Commun ou encore le dernier Lala &Ce chez Colors. Retour sur le parcours de PH Trigano, un homme à tout faire, ancien membre de groupe et qui jongle désormais entre son parcours d’artiste solo et celui de beatmaker. Un parcours aussi mordant que passionnant.

PH Trigano, Pierre-Hadrien Trigano de son vrai nom est loin d’être néophyte dans la musique. Claviériste et à l’écriture, il faisait partie du groupe Natas Loves You, un groupe alternatif dont les influences étaient multiples, du rock ancien au hip-hop en passant par l’afrobeat comme lui-même l’expliquait en interview il y a cinq ans (cf 3:20).

On vous invite à checker l’interview de Folkr pour en savoir davantage sur cette partie de son parcours en groupe !

La deuxième partie de sa carrière musicale va voir le jour avec Ichon, un rappeur qui ne se considère pas trop comme tel depuis ces débuts et le projet PUR et désire des sonorités qui ne soient pas forcément les plus tendances du paysage français, qui se cherche donc et un PH Trigano qui sort d’une expérience de groupe et trouve chez Ichon, un artiste prêt à faire de la musique, sans trop réfléchir à ce dans quoi ils allaient être catalogué.

C’est la collaboration entre Muddy Monk sur le morceau Si l’on Ride (cf notre portrait sur Muddy Monk) et Ichon va l’interpeller.

La première réelle collaboration entre les deux se fera sur le morceau 2018 (Club des 27). Une prod en deux parties sur laquelle Ichon pose avec brio.

Traîner avec Ichon c’est traîner avec les Bon Gamin. Courant 2019, on va retrouver le PH Trigano derrière les beats de plusieurs morceaux issues de l’EP de Loveni, Une Nuit Avec un Bon Gamin, dont Vers La Gnole en co-prod avec Myth Syzer.

L’une des forces de PH Trigano et ses prods, c’est le fait qu’il puisse aussi bien nous faire sauter comme si nous étions dans un pogo, danser sans forcer ou bien profiter d’un morceau qui nous renvoie tout simplement une bonne énergie. C’est ce qui se traduit de ses premières prods.

Durant cette même année, on le verra bosser avec un autre collectif francophone, suisse cette fois-ci avec les Xtrm Boyz. En 2010, il produira pour Di-meh et son projet Fake Love avec le morceau Map monde. Plus récemment, Slimka a posé sur une de ses productions qu’il a intitulé Slide. Un titre qui correspond parfaitement à l’énergie renvoyée par le morceau.

En début d’été, on a pu profiter de Noir ou Blanc, extrait du deuxième album d’Ichon qui a également été une de ses productions, après avoir aussi produit Passe le message. Ce dernier a d’ailleurs pu parler de sa connexion avec PH Trigano son apport sur l’album lors du Code de Mehdi Maizi sur Apple Beats 1 (album qui sortira le 11 septembre prochain).

Comme s’il ne pouvait se détacher de cette émulation qu’il y avait lorsqu’il était en groupe, en 2020 il a produit pour deux membres du groupe L’Or du Commun. Tout d’abord en février, à la prod d’Indélébile et Brousse de Swing. Ensuite, en août, on a pu voir qu’il avait également participé à l’EP de Primero, Serein où il a produit pour les morceaux Longues heures et Promenades.

Enfin, sur l’avant-dernier Colors, on le retrouve une fois de plus à la prod d’une artiste qui faisait aussi partie d’un groupe en la personne de Lala &ce et le 667.

Le chanteur

PH Trigano écrivait déjà dans son groupe, il était donc peu probable de le voir totalement se dédier à produire des morceaux pour les artistes. Au cours des dernières années il a sorti quelques morceaux qui ont fini par formé un 6 titres, sorti l’an dernier. Un projet porté par le morceau « Belle ».

A l’avenir, notre seul souhait est de voir d’autres artistes faire le pari, peu risqué de collaborer avec lui pour voir naître des morceaux d’un autre genre.

Bonus : Nous n’oublions évidemment pas une des co-prods qu’il a pu faire avant de bosser avec des rappeurs, qui n’est autre que Shut Me Down pour le duo Haute (encore un groupe. Décidément…).

Pour découvrir d’autres œuvres de PH Trigano, DLM4 vous a concocté une playlist de quelques tracks disponibles sur Spotify et Apple Music.

Source : Folkr, Le Code Radio Apple Beats 1

DLM4 sur Instagram et Twitter

FREAKEY!, le beatmaker tout droit venu de Neptune

FREAKEY! est un beatmaker, ou plutôt faiseur de battements si l’on devait traduire tout comme le font ses compatriotes canadiens et d’origine haïtienne, âgé de 22 ans.

Il commence les prods à l’âge de 18 ans avec des premiers jets qu’on peut retrouver sur son compte SoundCloud. Ces premières prods sonnent très Future Beat mais celle qui est déjà vraiment forte à l’époque est BackToTheFuture dans laquelle on commence à entrevoir sa patte à travers les instruments utilisés.

Son premier placement va voir le jour à ces mêmes 18 ans sur une collaboration entre Lil Boat et Famous Dex. Une prod dans lequel on peut reconnaître le chant pour souhaiter un joyeux anniversaire.

Par la suite, il continuera sur sa lancée en travaillant l’année suivante avec des artistes locaux à l’instar de ROWJAY et KARYKE tout en publiant des instrus sur son compte SoundCloud. Si vous ne connaissez ROWJAY, je vous conseille de checker sa discographie !

L’une d’entre elles qui est toujours dispo, va être utilisée par un autre artiste à la fois beatmaker/artiste en la personne de De La Fuentes alias Krisy pour le morceau Paradis d’Amour, EP éponyme.

La même année, il produit également la totalité de l’EP de l’artiste montréalois KARYKE, THE NEXT GALAXY.

Lors de la fin de cette année 2017, le morceau qui va exploser et l’identifier davantage au niveau du paysage francophone européen sera Mucho Love d’Hamza sur sa mixtape 1994. Un beat qu’il a d’ailleurs décomposé sur son compte Instagram via IGTV mais aussi expliqué quelques semaines plus tôt pendant un live Insta direct en affirmant avoir envoyé le beat au rappeur belge et que celui l’a immédiatement répondu avec le morceau fini et le désormais bien connu « Freaky sur le beat » qui va devenir l’un de ses tags. On retrouvera par ailleurs une nouvelle collab entre les deux sur le morceau Stick dans l’album Paradise d’Hamza.

En 2018, il poursuivra ses collaborations avec les artistes de la scène locale et de notre côté, en France la prod qui fera beaucoup de bruit et qui continue à ce jour est le morceau Middle Finger, totalement découpé par S.Pri Noir.

Parallèlement à ces collaborations, il faut savoir que le beatmaker travaille énormément avec Ateyaba. Il a déclaré sur un de ses lives Insta (il est très live Insta) que l’artiste de MTP prenait quasi toutes les instrus qu’il lui envoyait. Ces infos sont plus que confirmés sur tous les exclus du rappeur qu’on retrouve sur les épisodes de la Spirit of Ectasy Radio qu’Ateyaba réalise avec Leknifrug. Tous ces extraits sont disponibles et repostés sur son SoundCloud.

Sans rentrer dans les termes techniques mais plutôt de ressentis, d’émotion pure, l’univers qu’inspire les beats de FREAKEY! est à la fois lointain et expérimental. A chaque écoute de ses morceaux produits et les instruments utilisés, on a cette impression que les sonorités proviennent d’une autre planète, à l’image de cette instru :

Ou encore cette reprise de Rock The Boat d’Aaliyah :

Cela lui réussit plutôt bien puisqu’il parvient à allier dans cet même univers des instrus très fortes avec deux extrêmes à l’instar d’un Middle Finger de S.Pri Noir à des instrus plus léchées avec Mucho Love d’Hamza ou Mélodie de Krisy.

En fin d’année dernière on a pu retrouver le beatmaker en co-production sur l’édition limitée du vol. 3 de BRUTAL d’Ikaz Boi (avec un morceau Shine/Ocean incroyable !)

Ce début d’année 2020 a démarré sur la même dynamique que la fin 2019 puisque le beatmaker a collaboré avec le rappeur BLOCBOY JB. On l’a également vu derrière les beats du Dis-moi de Youv Dee, R. de La Fouine mais le plus gros fait marquant de ce début d’année du beatmaker vient des Etats-Unis. FREAKEY a produit avec la beatmaker WondaGurl, Mike Dean et FORTHENIGHT le morceau du rappeur de Houston Don Toliver, Can’t Feel my Legs.

Ce vendredi, le beatmaker sort Désolé Pour L’Attente, avec une listening party à minuit heure française. Il s’agit d’un projet qu’il décrit comme expérimental mais dont nous pouvons être d’ores et déjà sûrs d’avoir des instrus tout droit venu du futur !

En attendant le projet, voici une playlist avec une sélection de morceaux produits par le beatmaker canadien :

DLM4 sur Instagram et Twitter